<img height="1" width="1" style="display:none" src="https://www.facebook.com/tr?id=1697619370295438&amp;ev=PageView&amp;noscript=1">

Tout quitter pour la musique: un pari risqué ?

Par Victoria Berry et Aliénor Sander le 24 févr. 2022 12:17:52

Catégorie: Industrie musicale
Article Tout quitter pour la musique: un pari risqué ?

Vous avez peut-être déjà éprouvé, au bureau par exemple, de la difficulté à vous épanouir dans la réalisation de vos tâches quotidiennes ; ou encore en rentrant chez vous, un goût d’inachevé ou d'incomplétude au regard de ce que vous avez effectué dans la journée… Comme si quelque chose de plus grand vous attendait quelque part… Car vous, ce qui vous anime profondément, c’est la musique. Qu’importent les “ce n’est pas un métier” et les “finis d’abord tes études”, vous sentez ce feu ardent brûler en vous ! Mais alors, posons-nous la question : tout quitter pour la musique, est-ce un pari risqué ? Dans cet article, on discute les pour et les contre, afin que vous puissiez vous faire votre propre avis.



UN PARI RISQUÉ, MAIS PAS IMPOSSIBLE !

En grands amoureux de la musique, il serait difficile pour nous de vous dire de ne pas tout tenter pour réaliser votre rêve. Mais, au risque de jouer le rôle des parents inquiets (vous savez certainement de quoi on parle), on ne peut que vous conseiller de garder les pieds sur terre et de vous lancer progressivement. Car oui, le monde de la musique peut s’avérer être impitoyable, voire brutal si l’on ne s’y prépare pas comme il faut ! Rassurez-vous, on vous donne ici quelques clés pour assurer vos arrières ;)

Loin de nous l’envie de plomber l’ambiance, mais dans la plupart des cas, lorsqu’il est question de réaliser ses rêves, l’argent revient toujours au centre de la discussion. Tout quitter pour la musique, c’est supposer que vos économies ou vos rentrées d'argent vous permettent de financer d’un côté vos projets musicaux (studio d’enregistrement, clips, publicités, etc) et de l’autre d’assumer le reste de vos dépenses personnelles (loyer, courses, etc). Si vous y arrivez, c’est génial, mais peu d’artistes peuvent se permettre de tout plaquer. Et pourtant… Vivre d’amour, d’eau fraîche et de musique, on adorerait ça !

Aussi, si vous hésitez à poursuivre ou arrêter complètement vos études, ne prenez pas le risque de passer à côté d’un diplôme qui pourrait vous servir de roue de secours par la suite. Quitte à redéfinir vos ambitions scolaires : choisissez des études plus courtes et professionnalisantes, mais diplômantes. Ce temps d'apprentissage ne sera jamais perdu ! Au pire, il vous permettra de valider un diplôme dont vous pourriez avoir besoin plus tard ; au mieux, il ne fera que renforcer votre envie profonde de vivre exclusivement de la musique.

Prenons l’exemple de Ben Mazué : à seulement 6 ans, ce niçois commence le piano au conservatoire local ; à 12 ans, il déménage avec sa famille à Paris, où il apprend la guitare, fait la rencontre d’autres artistes et commence à composer. Mais c’est à 25 ans qu’il décide vraiment de tout quitter pour la musique, après avoir terminé ses études de médecine. Alors, ne soyez pas pressé, mûrissez votre projet, et peut-être que comme Ben, d’ici quelques années, vous recevrez le prix du meilleur concert aux Victoires de la Musique !

Source : Giphy



TRAVAIL & MUSIQUE, OU COMMENT JOINDRE L’UTILE À L'AGRÉABLE


Parier sur votre avenir dans la musique, c’est faire des choix au regard d’un parcours artistique incertain et là, tout est une question de tempérament. Êtes-vous plutôt de nature réfléchie, angoissée, téméraire ? Là où certains vont faire le deuil d’un rêve jamais tenté en se satisfaisant d’un travail “classique” mais stable, d’autres vont tout risquer pour tenter leur chance, quitte à gagner moins d’argent. Car oui, tout quitter pour la musique peut être un pari aussi bien fructueux que dangereux… Il faut en avoir conscience.

On a toujours tendance à penser qu’avec plus de temps, on ferait davantage. La réalité, c’est qu’avec trop de temps, parfois, on procrastine ! Aussi, la frustration est souvent source de création et d’inspiration, c’est pourquoi conserver un job alimentaire (même à mi-temps) est une excellente alternative. Cela vous permettra de financer une partie de vos projets, et à temps partiel, vous laissera des moments libres pour continuer à développer votre projet musical.

Retenez qu’il existe une grande différence entre vivre de LA musique et vivre de SA musique. Les artistes de la première catégorie, souvent moins connus, sont aussi beaucoup plus nombreux ! Musiciens, chanteurs, beatmakers… Vivre de la musique ne se limite pas à vivre de ses chansons. Avant de tout quitter, d’autres moyens s’offrent à vous pour gagner de l’argent en tant qu’artiste : se produire dans des lieux publics ou soirées privées, donner des cours, prêter votre voix, louer votre matériel…

Pourquoi ne feriez-vous pas comme Hoshi ? Avant d’être connue, cette jeune chanteuse française se produisait dans la rue et testait ses compositions auprès d’un public de passants ! En plus d’acquérir de l’expérience, cela vous permettra de joindre l’utile à l’agréable, en gagnant de l’argent grâce à votre passion. Et si votre volonté à terme est de vivre de votre propre musique, commencez par tirer profit de vos compétences et savoir-faire : cela vous permettra de vivre plus confortablement, avant de pouvoir en vivre complètement, on l’espère.

Source : Giphy



LA CLÉ DU SUCCÈS ? PLANIFIER ET PERSÉVÉRER !


Restez réaliste (et optimiste !) et lancez-vous progressivement : gagnez de l’argent en chantant, créez doucement votre fanbase sur les réseaux sociaux en proposant du contenu divertissant et différent (covers sous forme de mashup, live Instagram, coulisses de vos projets, duo avec d’autres artistes, jeu concours, etc)... Pour mettre toutes les chances de votre côté, la clé, c’est de planifier ! Afin d’être efficace, fixez-vous des objectifs précis, réalistes, avec des deadlines à respecter : “atteindre 5 000 followers sur Instagram d’ici avril” ; “sortir un EP d’ici la fin de l’année” ; “poster un cover une fois par semaine”... Ensuite, mettez tout en œuvre pour atteindre ces objectifs : proposez du contenu qualitatif et qui vous représente, développez votre identité artistique, apprenez à vous entourer et à déléguer ce que vous ne savez pas faire.

Un projet musical nécessite du temps et de l’argent : si vous êtes en sécurité par rapport à ces deux paramètres, tout risquer peut être un pari envisageable ! Aussi, ne vous découragez pas face aux premiers obstacles que vous rencontrerez ; ayez confiance en votre projet et apprenez à le vendre. Recueillez des avis en dehors du cercle familial et amical et faîtes-vous conseiller par des professionnels, apprenez à vous remettre en question quand c’est nécessaire ; en un mot, persévérez et vos efforts paieront !

 


Vous l’aurez compris : tout risquer pour la musique peut être un pari risqué, à moins qu’il soit mesuré. Et c’est à vous de peser la balance bénéfices/risques. Pour cela, n’ayez pas peur d’employer les bonnes vieilles méthodes : faîtes le vide autour de vous et… à votre papier et stylo ! Dans un tableau à deux colonnes, écrivez synthétiquement les “plus” et les “moins” qui pourraient vous inciter (ou pas) à tout quitter pour la musique, et prenez une décision réfléchie ! 

`

Parlez-nous de votre projet musical
pour que l'on puisse vous aider !